Francés

Gramática # Conjugaison. Régles ortographiques. Accords. Formation des temps. Emploi des temps

  • Enviado por: Anonimo
  • Idioma: francés
  • País: España España
  • 15 páginas
publicidad

  • LA CONJUGAISON

  • 1.1 Qu'apelle-t-on conjugaison?

    La conjugaison est l'ensemble des formes que peut prendre un verbe.

    Le mode, le temps et la personne déterminent chacune des formes que peut prendre un verbe.

    En français, il existe 4 modes :

    L'indicatif exprime des actions et des vérités générales.

    Le Subjonctif exprime un souhait, une volonté ou un conseil.

    Le conditionnel exprime une condition.

    L'impératif exprime un ordre.

    Chacun de ses modes est subdivisé en temps. On distingue les temps simples des temps composés. Un temps composé se construit toujours avec un auxiliaire puis le verbe au participe passé.

    Enfin, chaque temps comporte 6 personnes repérées par les pronoms personnels je, tu, il/elle/on, nous, vous, ils/elles.

    Il existe également des formes impersonnelles comme le participe et infinitif. Au total, pour chaque verbe, il peut exister près d'une centaine de formes possibles. Mais pas de panique, la plupart se ressemble beaucoup.

    1.2. Les groupes

    En français, les verbes peuvent êtres classés dans trois groupes différents.

    PREMIER GROUPE : les verbes dont l'INFINITIF se termine en -ER sauf ALLER.
    Particularité: il est le plus régulier de tous les groupes parce que son unique radical ne subit pas de modification au cours de la conjugaison: AIMER: aim-e; aim-ons; aim-ent).

    DEUXIÈME GROUPE : ceux qui terminent en -IR (ces verbes ont l' Infinitif en -IR et le Participe Présent en -ISSANT).
    Il s'agit aussi d'un groupe régulier, puisque tous les verbes qu'il englobe se conjuguent en utilisant toujours de la même manière leur double radical: l' un pour les personnes du singulier et l' autre pour les personnes du pluriel : fin-is; finiss-ons).

    TROISIÈME GROUPE : appartiennent à ce groupe tous les verbes irréguliers. On peut subdiviser ce groupe en trois sous-groupes :

    1. Les terminés en -IR (comme MOURIR : mour-ant; mour-ons);

    2. Les terminés en -OIR (comme RECEVOIR : recev-ant; recev-ons);

    3. Les terminés en -RE (comme RENDRE : rend-ant; rend-ons);

    4. ALLER qui, malgré sa terminaison, est du troisième groupe.

  • RÈGLES ORTOGRAPHIQUES

  • 2.1 Les accents é et è

    Règle générale

    On ne met pas d'accent sur une voyelle suivie d'une consonne doublée ou d'un x :
    - s'efforcer, examiner...

    Sauf dans le cas où l'accent sert à différencier un verbe d'un autre :
    - que je crûsse (imparfait du subjonctif du verbe croître)

    Verbes avec un e muet

    Devant une syllabe contenant un e muet, on écrit è et non é : évènement (note : événement est l'orthographe la plus répandue) comme avènement, cèdera comme lèvera, etc.
    Exceptions :
    a) les préfixes dé- et pré- (dégeler, prévenir, etc.) ;
    b) les é initiaux (échelon, édredon, élever, etc.) ;
    c) médecin et médecine.

    Dans les verbes terminés à l'infinitif par -eler et -eter, le e du radical se change en è quand la syllabe qui suit contient un e muet : il détèle, il époussète ; il détèlera, etc. Les noms en -ment s'écrivent comme le verbe.
    Exceptions : appeler, jeter et les verbes de leurs familles (y compris interpeller) redoublent l ou t devant une syllabe contenant un e muet : j'appelle, je jette, j'appellerai, etc.

    Note : Ceci fait partie des modifications orthographiques de 1990, les anciennes formes sont encore tolérées.

    Verbes avec le préfixe “dé”

    Lorsqu'un verbe commence par le préfixe dé, il prend normalement un accent : déranger...
    Sauf dans le cas où un s de liaison apparaît. On écrit alors des avec 2 s pour former le son s :
    - dessécher, dessaisir, desservir, dessabler...

    Et on écrit dé lorsque l'on entend le son Z :
    - désunir, déshabiller, désaccord, déshonneur...

    Verbes à la forme interrogative

    Lorsque le verbe se termine par un e final, un accent grave apparaît dans la nouvelle orthographe afin de tenir compte des sonorités. Ainsi écrit-on : puissè-je, aimè-je...

    2.2 L'accent circonflexe

    L'accent circonflexe peut se placer sur toutes les voyelles sauf le y : â, ê, î, ô et û.

    Son rôle est multiple puisqu'il est à la fois historique, il sert également à distinguer les mots et il fait partie des terminaisons normales de certains temps.

    L'accent circonflexe historique

    Dans le cas de certains mots, l'accent circonflexe provient de l'évolution de la langue. Il remplace souvent le e et le s de certains mots. On retrouve cependant l'ancienne orthographe dans le dérivé du mot (forêt/forestier) ce qui permet de deviner la place de l'accent :

    - âge s'écrivait autrefois eage
    - tête s'écrivait autrefois teste
    - forêt, forestier
    - vêtement, vestimentaire
    - hôpital, hospitalier
    - fenêtre, défenestrer

    Cette évolution nous viendrait du moyen-âge. A cette époque, le papier était rare et l'imprimerie n'existait pas. Pour économiser de la place, les moines chargés de recopier les livres remplaçaient parfois le s de certains mots par un s au dessus de la consonne. Au fur et à mesure, le s est devenu un ^ jusqu'à ne plus prononcer le s de ces mots.

    L'accent circonflexe de différenciation

    Pour d'autres cas au contraire, l'accent circonflexe permet de faire la différence entre deux mots. Typiquement, le participe passé de devoir est dû afin de ne pas le confondre avec l'article du (du pain).

    - que je crûsse (imparfait du subjonctif du verbe croître)
    - crû (participe passé de croître) à distinguer de cru (verbe croire et adjectif)
    - le nôtre et le vôtre à distinguer des pronoms possessifs notre et votre

    L'accent circonflexe des terminaisons

    Lorsque le i est suivi d'un t, on retrouve un accent circonflexe. Par exemple pour les verbes en aître et oître : il disparaît, il croît...

    Note : cette forme tend à progressivement disparaître car l'académie française recommande de ne plus mettre l'accent circonflexe sur ces verbes : apparaitre, il apparait, comparaitre, il connait, croitre etc. Mais attention si vous les utilisez, sachez les justifier!

    Et enfin à l'imparfait du subjonctif :

    - qu'il mangeât
    - qu'il eût mangé
    - il fût venu

  • Le tréma

  • Le tréma peut se placer sur les voyelles a, e, u et i : ä, ë, ü et ï.

    Il sert à indiquer que la voyelle qui les précède immédiatement doit être prononcée séparément.

    Sur le « e » de :
    - aiguë, ambiguë, exiguë, contiguë, canoë, Israël, Noël...

    Sur le « i » de :
    - haïr, maïs, ouïe, inouï, coïncider, coïnculper...
    mais : coincer...

    Sur le « u » de :
    - capharnaüm...

  • La cédille

  • En français, la cédille se place uniquement sous la lettre c devant les voyelles a, o et u. Elle permet de transformer le son k en s. Elle apparaît systématiquement à certaines formes de conjugaison afin de respecter le son s du verbe.

    - je plaçais

    - nous placions

    • j'ai reçu

  • Le trait d'union avec les pronoms en, y et non

  • Lorsque en est placé en début de phrase, il n'y a pas de trait d'union avec le verbe :

    - en venant
    - en marchant
    - s'en aller

    Par contre, lorsque le pronom en est placé juste après le verbe, on met un trait d'union entre le verbe et le pronom :

    - viens-en au fait
    - vends-en un peu

    Lorsque le verbe ne se termine pas par un s, on ajoute un s à la fin du verbe afin de tenir compte des sonorités. On dit qu'il s'agit d'une raison euphonique :

    - donnes-en mais donne
    - gardes-en un peu mais garde-les

    A l'impératif avec le pronom personnel de la seconde personne (toi), le pronom se change en t' devant le en :

    - va-t'en
    - convaincs-t'en

    Le trait d'union avec y

    Avec le pronom y, on retrouve les mêmes règles qu'avec en.

    - vas-y mais va
    - rends-t'y
    - allons-y
    - nous y allons

    Le trait d'union avec non

    Lorsque non est suivi par un verbe à l'infinitif, on ajoute un trait d'union avec le verbe. Si le verbe n'est pas à l'infinitif, il n'y a pas de trait d'union.

    - une fin de non-recevoir
    - un devoir non achevé

  • Le trait d'union à l'impératif

  • Les pronoms personnels situés après un impératif se joignent à lui et entre eux par un trait d'union.

    - allons-nous-en
    - prête-le-moi
    - vends-lui-en

    La seule exception est avec pronom en et y avec toi puisque celui-ci se change en t'.

    - va-t'en
    - rends-t'y

    Cependant, si ces pronoms personnels se rapportent à un infinitif placé après l'impératif, les traits d'union disparaissent.

    - viens me le dire
    - laisse-moi la regarder

    Pour déterminer si un pronom personnel se rapporte ou non à l'infinitif, il faut mettre la phrase a l'infinitif. Les pronoms situés avant le verbe conjugué se rapportent à celui-ci et seront donc liés par trait d'union à l'impératif.

    - viens me le dire (tu viens me le dire)
    - laisse-moi la regarder (tu me laisses la regarder)
    - regarde-le chanter (tu le regardes chanter)

  • Le trait d'union à la forme interrogative

  • Il existe plusieurs façons de poser les questions en français. La plus familière est de poser la question sur le modèle sujet + verbe + complément. L'intonation de la voix détermine alors qu'il s'agit d'une question.

    Une autre forme, plus soutenue, consiste à faire précéder le verbe de est-ce que + sujet + verbe + complément.

    Enfin, la forme la plus soutenue est celle de l'inversion du sujet. Un trait d'union apparaît entre le verbe et le sujet qui se retrouve alors à droite du verbe : verbe + - + sujet + complément. Pour des raison de sonorités, il est possible qu'il t apparaisse avec la troisième personne du singulier. De même, un accent grave peut apparaître au présent de l'indicatif lorsque le verbe est terminé par un e.

    - Tu viendras ? - Est-ce que tu viendras ? - Viendras-tu ? - Viendra-t-il ? - Puisse-t-il venir ? - Puissè-je venir ? (nouvelle orthographe, puis-je est encore admis)

  • La phonétique

  • Une règle simple pour se rappeler de l'orthographe de certaines conjugaisons est de connaître quelques règles de phonétique de la langue. En effet, certaines lettres se modifient ou apparaissent afin de conserver le son du verbe à d'autres formes.

    Son gue et ge

    Une règle simple pour se rappeler de l'orthographe de certaines conjugaisons est de connaître quelques règles de phonétique de la langue. En effet, certaines lettres se modifient ou apparaissent afin de conserver le son du verbe à d'autres formes.

    Tous les verbes en -guer comme fatiguer par exemple conservent leur u à toutes les conjugaisons. Quant aux verbes en ger, il faut parfois ajouter un e devant la terminaison standard afin de conserver le son j devant les voyelles a, o et u seulement. Le son j n'est pas modifié devant le e et le i.

    - je mange, je mangeais

    - Elles se blasent ainsi souvent d\'elles-mêmes en fatiguant

    leurs désirs dans le vide\" (BALZAC, Illus. perdues, 1843).

    Son se et ze

    On obtient le son se quand la syllabe commençant par la lettre s se trouve au début d'un mot suit une autre syllabe se terminant par une consonne.

    - servir, danser

    On obtient le son se en doublant le s qui se trouve entre deux voyelles (s seul donnant ze).

    - positiver, posséder

    Les exceptions concernent surtout les mots créés à partir des préfixes comme dé- ou re-.

    - resaler, resurgir, désulfurer

  • Les homophones à/a, et/est, se/ce, etc.

  • Les homophones sont tous les mots qui se prononcent de la même façon mais dont l'orthographe change.
    En plus des changements orthographiques, ces mots donnent souvent un sens différent à la phrase.
    Les homophones gramaticaux désignent ainsi des mots au son similaire mais de différente catégorie grammaticale.

    • un bal / une balle (homophone)
      - il a un collier à son cou. (homophone gramatical)

    Différence entre a et à

    Les mots a et à sont des homophones grammaticaux c'est-à-dire qu'ils n'ont pas la même fonction grammaticale dans la phrase.

    - a provient du verbe avoir conjugué au présent de l'indicatif : il a.
    - à est une préposition.

    La façon la plus simple pour les distinguer est de mettre la phrase dans un autre temps comme l'imparfait. À l'imparfait, a devient avait tandis que à ne change pas.

    On écrit toujours à devant un infinitif et a devant un participe passé. Pour reconnaître le participe passé de l'infinitif, on peut prendre un verbe du troisième groupe comme prendre, vendre, dormir... En plus on obtient l'accord : pris, prise ou prendre.

    - il a dit de ne pas s'en faire. (présent)
    - il avait dit de ne pas s'en faire. (imparfait)
    - il ne pense qu'à manger. (On remplace par un autre verbe)
    - il ne pense qu'à dormir.

    Utilisation de se et ce

    => se s'emploie devant un verbe pour désigner une action réfléchie : se lamenter, se raser...

    => ce s'emploie devant un nom pour désigner l'objet que l'on veut représenter.

     

    Exemples

    Règles d'emploi

    se

    il se cache

    se s'emploi devant les verbes pronominaux. Il peut être remplacé par me te nous vous.

    s'

    il s'en va

    s' s'emploie devant les verbes pronominaux commençant par une voyelle : être...

    Ce

    ce travail est long
    ce sont les nôtres.

    ce s'emploie :
    - devant un nom
    - devant un adverbe : qui, que
    - avec le verbe être pour les tournures de mise en relief
    - dans l'expression pour ce faire

    c'

    c'est la vérité

    c' s'emploie uniquement avec le verbe être.

    Différence entre et/est

    et et est ne sont pas vraiment des homophones car leur son est légèrement différent. Cependant, il peut être facile de les confondre à l'écrit. Ici aussi, il faut examiner leur fonction grammaticale.

    et est avant tout une conjonction de coordination, c'est-à-dire qu'il est utilisé pour faire la liaison entre les mots et les idées : le chien et le chat.

    est est un verbe venant de être. On le retrouve dans la conjugaison : il est.

    Une première façon pour les différencier est de mettre la phrase au passé : est devient était tandis que et ne change pas.

    Une deuxième méthode consiste à remplacer et par ou : le chien ou le chat. Si la phrase n'a plus aucun sens, c'est sûrement qu'il s'agit de est.

  • LES ACCORDS

  • Accord avec le sujet

  • Règle générale

    En règle générale, le verbe s'accorde en genre et en nombre avec son sujet. Ceci signifie que le verbe porte la marque du féminin si le sujet est féminin et la marque du pluriel si le sujet est au pluriel.

    Dans le cas où il y a plusieurs sujets, on considère qu'il s'agit d'un pluriel. Pour le genre, désolé mesdames mais le masculin l'emporte. Il suffit d'un sujet masculin au milieu de 10 sujets féminins pour que le masculin l'emporte.

    - le cheval est blanc.

    - le cheval et le mur sont blancs.

    - les guitares sont neuves.

    - la guitare et la sono sont neuves.

    - la guitare et le violon sont neufs.

    Accords difficiles avec un sujet

    Lorsque le sujet se compose d'une partie au singulier et d'une partie au pluriel, on a le choix de l'accord en fonction du sens.

    - Le groupe des bleus partira en premier.

    - Un petit groupe d'enfants se faufilent au premier rang.

    Lorsque le sujet comprend des expressions de quantité comme : peu, beaucoup, trop, la plupart, assez, combien, l'accord se fait au pluriel. Mais avec un nom au singulier, l'accord se fait au singulier.

    - La plupart des gens font leur course le samedi.

    - Trop de pluie inonde les sols.

    Lorsque le sujet est un pronom relatif (qui, que, quoi, dont, où, auquel, duquel...), le verbe être s'accorde avec son antécédent. Si celui-ci est pluriel, l'accord est au pluriel.

    - Il aime les chats qui sont noirs.

    - La palette de couleur qui est utlisée est jolie.

    C'est, ce sont, c'était, c'étaient : le verbe être s'accorde avec l'attribut du sujet. Mais avec nous et vous le verbe être reste au singulier.

    - Ce sont eux qui ont gagné.

    - C'est nous qui avions raison.

    Accords difficiles avec plusieurs sujets

    Quand les verbes sont à des personnes différentes, le tu l'emporte sur le il. Le je l'emporte sur le tu. Pour simplifier je puis tu puis il.

    - Paul reste.

    - Paul et toi restez.

    - Paul et moi restons.

    - Paul, toi et moi restons.

    Avec plusieurs sujets, l'accord se fait au pluriel si les sujet s'additionnent. Avec ou, il n'y a pas d'addition mais une sélection entre les deux sujets. Avec et, ni, comme, avec, il y a addition. Attention à la ponctuation pour voir l'addition.

    - Le blanc et le noir me vont.

    - Ni le blanc ni le noir ne me vont.

    - Le blanc ou le noir me va.

    - Le blanc comme le noir me vont.

    - Le blanc, avec le pull, me va.

  • Accord du participe passé

  • Emploi

    Avec être et les verbes d'état

    Avec Avoir

    Seul

    Règles d'accord

    avec le sujet

    avec le COD si celui ci précède le verbe

    avec le nom dont il est épithète (se comporte comme un adjectif qualificatif.)

    Exemple

    elles sont rentrées,
    elles semblent fatiguées

    ils ont gagné : pas de COD => pas d'accord

    ils ont combattu toute une armée
    le COD suit le verbe => pas d'accord

    toute l'armée qu'ils ont combattue
    Le COD est mis avant le verbe
    => accord

    Rentrées, les filles se reposent.

    NB : la principale difficulté de l'accord du participe passé consiste à bien repérer les COD antéposés, surtout les pronoms personnels et relatifs.

    ils nous ont devancés
    Les devoirs que tu as faits sont bons.

  • Les auxiliaires aovir et éter

  • Avoir dans les temps composés

    Il existe seulement deux auxiliaires en français : avoir et être.
    Avoir s'emploie principalement avec les temps composés : j'ai mangé, il aurait su...
    Pour former le temps composé, on conjugue l'auxiliaire avoir et on lui ajoute le participe passé du verbe.

    Avoir, pour les verbes d'action

    Avoir s'emploie lors de la conjugaison des verbes d'action. Pour les verbes d'état, on utilise plutôt l'auxiliaire être.

    Même si la grande majorité des verbes sont des verbes d'action qui ne se conjuguent qu'avec l'auxiliaire avoir, certains verbes acceptent les deux auxiliaires indifféremment en changeant néanmoins de sens.

    Avec avoir, les verbes suivants expriment une action alors qu'ils expriment le résultat de cette même action lorsqu'ils s'emploient avec être.

    aborder crever expirer

    descendre changer enlaidir

    rajeunir vieillir maigrir

    ...

    Ex: J'ai descendu le piano.
    Je suis descendu.

    Cette liste ne se veut pas exhaustive et il existe de nombreux verbes de ce genre.

     

    Être dans les temps composés

    Il existe seulement deux auxiliaires en français : avoir et être.
    Tout comme avoir, être s'emploie également pour former les temps composés de certains verbes.
    On dit ainsi je suis tombé ou je suis venu. Il s'agit là de la conjugaison normale du verbe et on n'utilise jamais l'auxiliaire avoir pour ces verbes.
    Les verbes qui ont cette particularité sont des verbes d'état, c'est-à-dire qu'ils ne désignent pas une action mais un état. Parmi ces verbes, on retrouve:

    mourir naître tomber devenir

    venir partir arriver aller

    ...

    Cette liste ne se veut pas exhaustive et il existe de nombreux autres verbes d'état.

    Être avec la forme passive

    Être peut également s'employer avec les verbes transitifs, ie suivis par un COD, pour rendre le sujet passif.

    Voix active : le chat mange la souris
    Voix passive : La souris est mangée par le chat.

    Lorsque l'auxiliaire être est employé dans la conjugaison, le sujet subit l'action alors qu'il en est l'acteur avec l'auxiliaire avoir. Cette transformation n'est possible que dans le cas où le verbe est suivi par un complément d'objet direct (COD). Le complément se transforme alors en un complément d'agent.

    Enfin, le dernier point que l'on peut noter est l'accord du participe passé avec le sujet avec la forme passive.

  • Participe passé suivi d'un infinitif (avancé)

  • Accord du participe passé suivi d'un infinitif

    Lorsque le participe passé est suivi immédiatement par un infinitif, il faut se poser la question de qui fait l'action indiquée par l'infinitif. Si le sujet fait l'action du participe passé, alors on l'accorde.

    - la personne que j'ai entendue parler (c'est la personne qui parle)

    - la chanson que j'ai entendu chanter (la chanson est chantée)

    Fait et laissé

    Les cas d'accord de fait et laissé suivis par un infinitif prêtent souvent à confusion. C'est pourquoi, l'académie française recommande dans la réforme de 1990 de les considérer comme invariables lorsqu'ils sont suivis d'un infinitif avec l'auxiliaire avoir ou dans la forme pronominale.

    - elles se sont fait prendre

    - elle s'est laissé séduire

    - je les ai fait venir

    - la lettre que j'ai fait partir

    Eu à, donné à

    Ces participes passés suivis d'un infinitif s'accordent si le nom (ou le pronom) qui précède est senti comme le cod du participe :

    - les problèmes qu'il a eu à résoudre (il a eu quoi ? à résoudre des problèmes)

    - l'auto qu'on lui avait donnée à réparer (on lui avait donné quoi ? une auto à réparer)

    Le verbe à l'infinitif peut aussi être sous-entendu :

    - j'ai fait tous les efforts que j'ai pu... (que j'ai pu faire)

  • Accord avec la forme pronominale (avancé)

  • Le participe passé des verbes pronominaux suit une règle d'accord différente de celle de l'auxiliaire être même si la forme pronominale est formée avec être.

    Accord avec le sujet

    Les verbes pronominaux de sens passif ou neutre n'ayant pas de complément d'objet COD ou COI se conjuguent avec le sujet.
    Les verbes essentiellement pronominaux c'est-à-dire ne se conjuguant qu'à la forme pronominale (s'enfuir) se conjuguent avec le sujet.

    - nous nous sommes méfiés. (verbe essentiellement pronominal)

    - la guitare s'est vendue facilement. (verbe de sens passif)

    - ils se sont aperçus du problème. (verbe de sens neutre)

    Verbes de sens réfléchi et de sens réciproque

    On accorde le participe passé avec le complément d'objet direct (COD) si celui-ci est placé avant le verbe (comme pour les verbes conjugués avec avoir). Le COD peut être le pronom réfléchi ou un autre mot de la phrase. En général, on reconnaît un COD en se posant la question quoi ? Ces verbes sont dits transitifs.
    Si le complément qui suit est un complément d'objet indirect (COI), comme avec avoir, il n'y a pas d'accord. Les COI sont introduit par des prépositions comme à, de, par etc. Ces verbes sont dits intransitifs.

    - ils se sont habillés.

    ===> verbe de sens réfléchi

    - nous nous sommes rencontrés.

    ===> verbe de sens réciproque

    - voici les vêtements qu'il s'est achetés.

    accord avec vêtements, COD placé avant le verbe

    - ils se sont acheté des vêtements.

    ===> COD après le verbe : pas d'accord

    - ils se sont plu.

    ===> verbe intransitif, pas d'accord

    - les secondes se sont succédé.

    ===> verbe intransitif, pas d'accord

    Verbes pronominaux suivis d'un infinitif

    On accorde le participe passé avec le COD placé avant le verbe si le COD fait l'action exprimée par l'infinitif (comme avec l'auxiliaire avoir)

    - Nous nous sommes entendus chanter à la radio.

    ===> infinitif : action faite par le COD chanter, accord

    - Nous nous sommes vu féliciter par le moniteur.

    ===> infinitif : l'action est porté sur voir, pas d'accord

  • Le pronom on (avancé)

  • L'accord avec le pronom on dépend largement de ce à quoi il se rapporte.

    Lorsque on = tout le monde, les gens en général, on remplace le il et est de la troisième personne du singulier. On notera que cet usage de on est soutenu.

    - Dans ce pays on dîne à 20h.

    - On dit que de tous les peuples de la Gaulle les belges sont les plus braves.

    On peut également se mettre à la place de nous. L'accord se fait alors comme si le on était de la première personne du pluriel avec les participes passés. Cet emploi de on se fait à l'oral. On préfère largement utiliser le on à la place du nous à l'oral.

    - on est allés à la plage hier, j'en suis encore fatigué.

    - on est rentrés tard cette nuit.

    Dans un sens proche de l'ironie, on peut également se mettre à la place de tu et vous. Il remplace alors une deuxième personne.

    - C'est à cette heure-ci qu'on arrive.

    - Alors, on n'a pas fait aujourd'hui ?

    Enfin, le tableau ne serait pas complet si on ne remplaçait pas le je. L'accord est alors comme la première personne.

    - Deux secondes, on arrive.

    - On fait ce qu'on peut.

    Dans toutes les conjugaisons de on, la marque de la personne se fait uniquement sur le participe passé. Le verbe ou l'auxiliaire est toujours à la troisième personne du singulier.

  • FORMATION DES TEMPS

  • Le futur proche

  • Le futur proche n'est pas à proprement parler un temps du futur. Voilà pourquoi il ne figure pas dans la liste des conjugaisons. Il s'agit plutôt d'une tournure de phrase.

    Le futur proche se construit avec aller + infinitif. Il permet d'exprimer :

    - un événement sur le point de se produire
    - quelque chose que l'on va immédiatement faire.
    - un projet ou des prévisions

    Exemples :
    Je vais souffler les bougies.
    Il
    va bientôt arriver.
    Les copains
    vont faire une drôle de tête.

  • Formation de l'imparfait et du passé simple

  • L'imparfait :

    Tous les verbes ont la même terminaison à l'imparfait sans exception : -ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient

    1° groupe

    2° groupe

    3° groupe

    j'aimais
    tu aimais
    il aimait
    nous aimions
    vous aimiez
    ils aimaient

    je finissais
    tu finissais
    il finissait
    nous finissions
    vous finissiez
    ils finissaient

    je venais
    tu venais
    il venait
    nous venions
    vous veniez
    ils venaient

    Remarques : certains verbes subissent une modification de radical

    dire

    je disais

    paraître

    je paraissais

    boire

    je buvais

    coudre

    je cousais

    écrire

    j'écrivais

    faire

    je faisais

    fuir

    je fuyais

    comprendre

    je comprenais

    voir

    je voyais

    éteindre

    j'éteignais

    Attention : Ne pas confondre présent et imparfait pour les verbes en -ier, -yer, -gner, -illier

    Présent

    Imparfait

    nous crions

    nous criions

    vous criez

    vous criiez

    Le passé simple :

    Selon la voyelle de terminaison, on distingue trois types de passé simple  : 

    • passé simple en -a pour les verbes du 1° groupe : il aima

    • passé simple en -i pour les verbes du 2° groupe et pour certains verbes du 3° groupe : elle finit, elle fit

    • passé simple en -u pour certains verbes du 3° groupe : elle put

    j'aimai
    tu aimas
    il aima
    nous aimâmes
    vous aimâtes
    ils aimèrent

    je finis
    tu finis
    il finit
    nous finîmes
    vous finîtes
    ils finirent

    je pus
    tu pus
    il put
    nous pûmes
    vous pûtes
    ils purent

    Remarques : Les verbes tenir et venir ainsi que leurs composés ont un passé simple en -in :

    je tins
    tu tins
    il tint
    nous tînmes
    vous tîntes
    ils tinrent

    je vins
    tu vins
    il vint
    nous vînmes
    vous vîntes
    ils vinrent

    Attention : ne pas confondre le passé simple du verbe être (je fus) avec celui du verbe faire (je fis)

     

  • Formation du conditionnel

  • Le conditionnel existe sous trois temps : le présent, le passé première forme et le passé deuxième forme.

    Le conditionnel présent

    Le conditionnel présent est formé comme le futur simple, mais avec les terminaisons de l'imparfait. On retrouve ainsi toutes les irrégularités et les exceptions du futur.
    Par exemple, le verbe aller au futur : J'ir-ai. Le verbe aller au conditionnel : J'ir-ais.

    Personne

    Terminaison

    Je

    Radical + ais

    Tu

    Radical + ais

    Il/Elle/On

    Radical + ait

    Nous

    Radical + ions

    Vous

    Radical + iez

    Ils/Elles

    Radical + aient

    Le conditionnel présent peut servir à :

    Donner une information incertaine, non confirmée.
    D'après moi, il serait sur le point de partir.

    Exprimer un futur dans le passé
    Il dit (présent) qu'il viendra (futur) avec nous.
    Il a déclaré (passé) qu'il viendrait (conditionnel ) avec nous.

    Faire des hypothèses, exprimer une éventualité
    Travailler dans le secteur médical me conviendrait.

    Demander poliment, proposer, exprimer un souhait, conseiller
    Pourriez-vous m'indiquer l'heure, s'il vous plaît.
    J'aimerais beaucoup faire du cheval.

    Le conditionnel passé

    Le conditionnel passé première forme se forme en prenant l'auxiliaire adéquat au conditionnel présent + participe passé. Il s'agit de la forme la plus souvent utilisée.

    Le conditionnel passé deuxième forme se forme en prenant l'auxiliaire adéquat à l'imparfait du subjonctif + participe passé. Cette forme est plus utilisée à l'écrit. Il s'agit d'une forme

    Voici quand utiliser le conditionnel passé :

    Donner une information incertaine, non confirmée.
    Il aurait demandé à changer de classe.

    Exprimer l'irréel du passé (le regret)
    J'aurais dû travailler davantage pour réussir mes examens.

    Evoquer une action antérieure à une autre action au conditionnel présent.
    Il a dit qu'il viendrait (conditionnel) dès qu'il aurait terminé (conditionnel passé) ses devoirs.

     

  • Formation de l'imperatif

  • L'impératif existe sous deux temps : le présent et le passé. On ne s'étendra pas davantage sur l'impératif passé car personnellement, je l'ai jamais vraiment beaucoup rencontré. Disons simplement qu'il se forme avec l'auxiliaire être et avoir. (Aie rangé tes affaires quand j'arrive).

    La principale caractéristique de l'impératif est de n'exister qu'aux personnes tu, nous et vous. Il permet d'exprimer un ordre, donner un conseil ou faire une suggestion.

    En général, l'impératif est identique au présent de l'indicatif à l'exception près qu'il n'a pas de sujet. La seule règle par rapport au présent est la disparition du s final de la deuxième personne pour tous les verbes se terminant par un e (verbe en -er y compris aller et certains verbes du troisième groupe comme cueillir). Sauf devant en et y où l'on garde le s pour une raison de sonorité (voir la note de grammaire à ce sujet).

    - Cueille des fleurs!

    - Va te coucher!

    - Allons-y!

    - Mangez des pommes!

  • EMPLOI DES TEMPS

  • Le futur

  • Le futur peut indiquer :

    1) une action qui va se produire considérée comme certaine

    Je vais aller à la mairie pour me faire une carte d'identité, ils sauront me renseigner.

    On est sûr d'obtenir une réponse.

    Remarque : aller suivi par son propre infinitif désigne un futur proche : je vais aller.

    2) un ordre

    Pendant que je fais le ménage, tu feras la vaisselle.

    "Tu feras" signifie "fais" et il s'agit d'un ordre.

  • L'imparfait et le passé simple de l'indicatif

  • L'imparfait :

    L'imparfait peut indiquer :

    1) une action du passé dont la durée n'est pas définie

    Il prenait son bain.
    Elle occupait un poste dans l'administration.

    2) une action ou un phénomène qui se répète

    Le midi, il mangeait dans le parc.
    Tous les jours, elle nettoyait les meubles.

    3) une description

    À l'est de l'étang, c'étaient les bruyères et puis les prairies et les cultures. La ferme s'élevait presque à l'horizon.

    Le passé simple :

    Le passé simple peut indiquer :

    1) une action achevée, par opposition à l'imparfait

    Elle était sa femme depuis longtemps quand il lui dit...

    2) une action soudaine

    Il était dans son bain quand le téléphone se mit à sonner.
    Sa vie se passait paisiblement quand soudain, il tomba malade.

  • Le présent de l'indicatif

  • Le présent de l'indicatif peut indiquer :

    1) des paroles en train d'être prononcées

    on le retrouve dans les répliques entre personnages à l'intérieur d'un même texte au passé :

    Quand il entendit la nouvelle, il s'écria : "c'est formidable!"

    2) une vérité générale 

    Les difficultés vinrent de ce que sa maladie n'était pas de celles que l'on soigne selon les méthodes éprouvées.

    en employant le verbe soigner, l'auteur désigne un ensemble de maladies qui répondent à cette définition.

    Le présent de vérité générale est également celui que l'on retrouve dans les proverbes:

    les bons comptes font les bons amis. 

    et dans les fables :

    On a souvent besoin d'un plus petit que soi.

    3) des actions passées que l'on veut faire revivre

    Dans un texte au passé, on peut rencontrer un verbe au présent de narration ce qui rend le récit plus vivant. Ce procédé est souvent employé par les journalistes pour rendre l'article plus proche du lecteur. On appelle cela le présent journalistique.

    Le pic était juste au dessus de sa tête, et elle ne l'avait pas vu qu'après avoir pas mal regardé de côtés et d'autres. Suivant ses pensées, la sage Élise se met à pleurer.

    L'emploi du présent traduit mieux que le passé simple la soudaineté de la réaction de la jeune fille.

    4) le passé proche ou le futur proche

    Je vais au cinéma, je reviens ce soir.

    Le premier verbe désigne une action qui vient de se produire alors que le second désigne une action qui va se produire bientôt.

     

  • L'imparfait du subjonctif (avancé)

  • L'imparfait du subjonctif ne s'emploie plus qu'à l'écrit. On ne le trouve jamais à l'oral. Pourtant, si on se réfère aux règles de concordance des temps, il retrouve un grand rôle dans la grammaire française.

    En théorie, lorsque la principale est au passé ou au conditionnel, il faut répercuter cette marque du temps dans la subordonnée. On utilise alors soit l'imparfait soit le plus-que-parfait du subjonctif.

    - il faudrait qu'il vînt demain.

    - il faudrait pour cela qu'il fût venu plus tôt.

    - il fallait qu'il vînt demain.

    - il fallait pour cela qu'il fût venu plus tôt.

    Les deux phrases ci-dessus sont grammaticalement complètement exactes mais on se rend bien vite compte que plus personne ne s'exprime comme cela. On préfère ne pas respecter la concordance des temps et l'on dit :

    - il faudrait qu'il vienne demain.

    - il faudrait pour cela qu'il soit venu plus tôt.

    A l'écrit, on retrouve cependant encore l'emploi du subjonctif imparfait à toutes les personnes pour les auxiliaires avoir et être et seulement à la troisième personne du singulier pour les autres verbes.

    - Il avait agi ainsi pour que nous eussions le temps de riposter.

    (avoir, toutes les personnes)

    - Il nous prévint pour que vous fussiez en état d'agir.

    (être, toutes les personnes)

    - Je le prévins pour qu'il sût à quoi s'en tenir.

    (autres, 3e personne du singulier uniquement)

    Pour les autres personnes, on préfère finalement changer la phrase afin de ne pas alourdir la phrase.

    - Il désirait que vous arrivassiez le plus vite possible.

    (correct mais personne ne l'écrit)

    - Il désirait que vous arriviez le plus vite possible.

    (incorrect et mal admis dans la langue surveillée)

    - Il désirait vous voir arriver le plus vite possible.

    (tout à fait correct, on contourne le subjonctif)

  • Le participe présent et l'adjectif verbal (avancé)

  • Attention à bien faire la différence entre le participe présent et l'adjectif verbal. Leur orthographe ne suit pas les mêmes règles. Le participe présent est toujours invariable et il exprime une action : des fillettes tremblant de peur.

    Quant à l'adjectif verbal, il indique toujours un état et suit les règles d'accord de l'adjectif : des fillettes tremblantes.

    L'orthographe de l'adjectif verbal et du participe présent ne sont pas toujours identiques. Par exemple :

    Participe présent

    Adjectif verbal

    adhérant

    adhérent

    convainquant

    convaincant

    différant

    différent

    divergeant

    divergent

    équivalant

    équivalent

    fatiguant

    fatigant

    négligeant

    négligent

    provoquant

    provocant

    A noter également les orthographes différentes de certains noms, différents du participe présent :

    Participe présent

    Nom

    adhérant

    un adhérent

    différant

    un différend

    fabriquant

    un fabricant

    présidant

    un président

    résidant

    un résident

    Participe présent

    Adjectif verbal

    Nom

    obligeant

    obligeant

    l'obligeance

    exigeant

    exigeant

    l'exigence

    négligeant

    négligent

    la négligence

    Plus que jamais, il faut bien faire attention à comprendre la phrase à écrire et la fonction de chaque mot avant de faire les accords.

  • Tableau d'utilisation des temps

  • Temps simples

    A l'oral

    A l'écrit

    Rare

    Indicatif présent

    V

    V

     

    Indicatif imparfait

    V

    V

     

    Indicatif passé simple

     

    V

     

    Indicatif futur simple

    V

    V

     

    Subjonctif présent

    V

    V

     

    Subjonctif imparfait

     

    V

    V1

    Conditionnel présent

    V

    V

     

    Impératif présent

    V

    V

     

     

    Temps composés

    A l'oral

    A l'écrit

    Rare

    Indicatif passé composé

    V

    V

     

    Indicatif plus-que-parfait

    V

    V

     

    Indicatif passé antérieur

     

    V

    V

    Indicatif futur antérieur

    V

    V

     

    Subjonctif passé

    V

    V

     

    Subjonctif plus-que-parfait

     

    V

    V

    Conditionnel passé 1ère forme

    V

    V

     

    Conditionnel passé 2e forme

     

    V

    V

    Impératif passé

    V

    V

    V

    1 Ce temps ne s'utilise qu'à la 3e personne du singulier à l'écrit. Les autres formes sont extrêmement rares.