Tartuffe; Molière

Literatura francesa barroca siglo XVII # Theatre baroque. Argument. Personnages

  • Enviado por: LuciaVB
  • Idioma: francés
  • País: España España
  • 4 páginas
publicidad
cursos destacados
Graduado en Estudios Ingleses: Lengua, Literatura y Cultura
UNED
Los objetivos generales de este título responden a la concepción de los estudios de Grado como un ámbito de...
Solicita InformaciÓn

Graduado en Lengua y Literatura Españolas
UNED
Los objetivos generales de este título responden a la concepción de los estudios de Grado como un ámbito de...
Solicita InformaciÓn

publicidad

TARTUFFE: FAMILLE ET SOCIÉTÉ

Le pièce de Molière, Tartuffe, parle d'un imposteur qui s'introduit dans une famille et essaye de profiter du père de famille. Molière utilise cette pièce pour critiquer la société française de l'époque.

À l'arrivée de cet imposteur, on perçoit une famille où le père a le droit de décider pour les autres et où il n'y a pas de communication.

Au début de la pièce, nous remarquons un père de famille qui est en marge de tout ce qui se passe dans sa maison, de tout ce dont on parle et des opinions de chacun. C'est pour cela qu'on observe une plus grande complicité entre les fils et leur belle- mère. Ils ont un grand respect envers le père à tel point qu'ils n'expriment pas des opinions ou sentiments qui vont à l'encontre de ceux de leur père. . Orgon dit  « Vous. Voyez bien comme vous répondez » Marianne répond « Hélas ! J'en dirai, moi, tout ce que vous voudez »

En ce qui le concerne, il se comporte comme un despote, pour la seule raison qu'il est le père « Mais je veux que cela soit une vérité, et c'est assez pour vous que je l'aie arrêté ». Il prend des décisions en faisant fi des sentiments de sa fille et de la souffrance que ses décisions impliquent. Par ailleurs, sa fille a un tel respect pour lui qu'elle préfère se résigner avant de lui faire face.

Il démontre pendant toute la pièce qu'il a un total désintérêt à l'égard de sa famille. Par exemple, quand il se préoccupe seulement de Tartuffe, tout en sachant que sa femme est malade.  On trouve un autre exemple de sa mauvaise conduite, quand il permet que la présence de Tartuffe défasse sa famille, en doutant de son propre fils et en croyant en un étranger.

On peut trouver dans toute la pièce des commentaires de la part d'Orgon qui montrent son désintérêt à l'égard de sa famille en faveur de Tartuffe. « Un bon et franc ami, que pour gendre je prends, m'est bien plus cher que fils, que femme et parents ».

On pouvait penser que toutes ces conduites faisaient défaut à Orgon comme père, mais on découvre qu'après avoir démasqué Tartuffe, sa conduite change complètement. Il devient un père beaucoup plus communicatif, qui se rend compte que l´union fait la force et qu'il faut compter sur sa famille et avoir confiance en elle. « Que l'on doit commencer par consulter ensemble les choses qu'on peut faire en cet événement ».

Alors, Molière critique l'attitude des gens qui sous-estiment la famille et favorisent d'autres valeurs beaucoup moins importantes. Les parents doivent se préoccuper de leur famille avant tout.

Je pense que c'est important de mentionner le rôle de la suivante, Dorine qui est la seule personne capable de faire face au père de famille, en exprimant elle-même des opinions, qu'elle a auparavant entendu de la bouche d'autres personnes. Étant donné qu'elle n'est que suivante et n'a donc pas d'autorité et peu de respect dans la maison, on le parle de « tu »  au lieu de « vous » « Te tairas-tu, serpent, dont les traits effrontés… »

Par contre, on lui permet de se mêler des problèmes de la maison. Et ce qui est alors important dans le rôle de ce personnage, c'est de donner un sens comique à la pièce. C'est vraiment la seule personne qui parle à Orgon sans faire de mystères, alors que celui-ci n´inspire que du respect et de la peur au reste de la famille.

Cependant, on peut trouver à Orgon des excuses pour son comportement. En fait, il était victime des tromperies de Tartuffe et était trop aveugle pour se rendre compte de ce que sa famille lui avait dit. « Les vrais braves soient ceux qui font beaucoup de bruit, les bons et vrais dévots, qu'on doit suivre à la trace, ne sont pas ceux aussi qui font tant de grimace »

Ces mots de Cleante montrent ce que certains avaient découvert sur Tartuffe, la vérité n'est pas dans les mots sinon dans les faits, nous ne devons pas juger les personnes par la première impression qu'il nous donne. La plupart des personnes qui se vantent d'avoir quelques vertus ne les possèdent pas en réalité. Néanmoins, en ce qui concerne Orgon et Mme Pernelle, ils pensent que ce n'est qu'une injustice et que Tartuffe n'est pas un imposteur et c'est l'envie qui leur fait penser comme ça.  « Je vous l'ai dit cent fois quand vous étiez petit : « La vertu, dans le monde, est toujours poursuivie ; Les envieux mourront, mais non jamais l'envie. »

Ces mots nous montrent le caractère envieux de la société française du XVII ème siècle, qui réagissait contre les personnes qui avaient de la vertu. On critique les gens qui emploient l'hypocrisie de l'apparence et des masques et on décrit le profil de l'imposteur et l'hypocrite. « L'amour qui nous attache aux beautés éternelles n'étouffe pas en nous l'amour des temporelles, nos sens facilement peuvent êtres charmés… »

Tartuffe se fait passer pour une personne qui est attachée aux pratiques religieuses mais en fait c'est une imposture pour gagner la confiance des membres de la famille. Ce que Molière essayait de faire en représentant un imposteur déguisé, c'était de ridiculiser les personnes qui profitent de la religiosité traditionnelle. Par contre, l'Église considère ça comme une offense, parce que si l'on fait attention au langage de Tartuffe, on remarque que c'est un langage propre au prêtre. Ça serait un peu exagéré de mettre ces mots dans la bouche d'une personne qui pratique la religion. L'Église a interprété que ce que Molière voulait exprimer avec cette représentation était que les prêtres n'étaient que des imposteur qui utilisent « les paroles du Ciel » pour profiter des gens.

Personnellement, je pense que, en fait, ça serait ce que Molière voulait exprimer, camouflé sous l'initiative de critiquer des faux dévots qui s'initiaient dans les familles bourgeoises dans le but de restaurer la vertu chrétienne. Mais à cette époque là, le clergé était trop puissant et on ne pouvait pas critiquer ses actes comme on le fait aujourd'hui.

Par rapport à ça, il faut mentionner l'innocent commentaire que fait Elmire, une fois qu'on démasque à Tartuffe. Mais, à mon avis, Molière ne le fait pas avec une telle innocence.  « Mais des arrêts du ciel on nous fait tant de peur ! »

En contraste avec le personnage de Tartuffe, on montre la figure de la bonne personne, Valère, qui sans avoir parler de religion pendant toute la pièce, démontre par les faits, non par des mots, une bonté vers Orgon qui, l'avait trahi avant. « Le moindre amusement vous peut être fatal. J'ai, pour vous emmener, mon carrosse à la porte, avec mille louis qu'ici je vous apporte. »

Pour finir, à la fin de la pièce, on fait des éloges au roi, ce qui démontre l'influence du roi dans la société de l'époque, monarque qui avait alors tous les pouvoirs. Son influence alla jusqu'à obliger Molière à reformuler sa pièce à plusieurs reprises, avant qu'il ne l'approuve et qu'elle puisse enfin être représentée.