Mutations et cancers liés aux facteurs de l environnement

Environnement naturel et artificiel. Masochisme de l Homme. Prévenire

  • Enviado por: Feña León
  • Idioma: francés
  • País: Chile Chile
  • 10 páginas
publicidad

Alliance Française de Valparaíso

Mutations et cancers liés aux facteurs de l'environnement

2°A

INTRODUCTION

De nos jours, grâce aux moyens de communications nous sommes conscients que l'environnement est le facteur principal de l'augmentation des mutations desquelles dérivent les cancers.

Mais pour commencer nous devons avoir connaissance des 3 termes essentiels pour d

évelopper notre travail:

  • Mutation 

Une mutation est une modification irréversible de l'information génétique et héréditaire contenue dans un génome. La plupart des mutations ont de plus ou moins importantes conséquences phénotypiques (certaines d'entre elles peuvent avoir des conséquences graves comme le cancer ou des maladies génétiques, car la modification d'un seul acide aminé dans la chaîne constituant une protéine peut modifier complètement sa structure spatiale, qui conditionne son fonctionnement).

  • Cancer

Un cancer est une pathologie caractérisée par la présence d'une (ou de plusieurs) tumeur(s) maligne(s) formée(s) à partir de la transformation parmutations et/ou instabilité génétique (anomalies cytogénétiques), d'une cellule initialement normale.

  • Environnement

L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine.

Dans ce travail nous voulons savoir :

Quels sont les éléments qui aujourd'hui sont en train de provoquer de nombreuses maladies arrivants même à la mort ?

Cette question se répondra en trois parties :

  • L'environnement naturel et artificiel

  • Le masochisme de l'Homme

  • Lutter contre une progression des éléments qui nous tuent et comment les prévenir

  • L'environnement naturel et artificiel

  • L'environnement est donc le milieu dans lequel on vit. C'est-à-dire, l'eau, la flore et la faune, les ressources naturelles, les microbes, les écosystèmes mais aussi les milieux crées par l'Homme. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre une dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa...) de plus en plus mondiale.

    Mais en réalité (sauf pour les virus non actifs), la limite physique entre l'individu et « ce qui est autour de lui » n'existe pas vraiment. Deux exemples peuvent illustrer cette limite floue :

  • Notre peau semble être une barrière matérielle susceptible d'être la limite entre notre milieu intérieur et « l'environnement » extérieur. Pourtant, à chaque inspiration, l'air de notre environnement entre en nous, perd de l'oxygène et ressort enrichi en vapeur () d'eau et en gaz (Au niveau microscopique, on décrit un gaz comme un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi...) carbonique qui viennent de l'intérieur de nous-mêmes. Certaines des molécules d'oxygène absorbées vont être incluses dans notre organisme. D'autres seront rejetées sous forme de CO2. Il en va de même pour l'alimentation et l'excrétion, et plus subtilement pour les hormones absorbées ou émises par les plantes ou les animaux. Même notre ouïe et notre vision font « entrer » des informations environnementales (ondes et vibrations) en nous.

  • Ce n'est pas parce qu'il y a un sol qui leur permet de pousser qu'il y a des arbres dans une forêt. Les arbres ont aussi grandement contribué à produire et fixer le sol sur lequel ils vivent. Ce sol résulte pour l'essentiel de la décomposition de leurs feuilles ou aiguilles mortes, du bois mort, et des bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau...) et champignons symbiotes ou des espèces qu'ils abritent. La terre (La Terre, foyer de l'humanité, est surnommée la planète bleue. C'est la troisième planète du système solaire en partant...) et le paysage forestier ne sont pas que l'environnement des arbres, ils sont aussi leur production.

  • De nos jours, on peut penser que pour un nombre (Un nombre est un concept caractérisant une unité, une collection d'unités ou une fraction d'unité.) croissant de gens :

      • l'environnement tel que ressenti au quotidien est de moins en moins naturel ou rural et de plus en plus urbain, construit et contrôlé ;

      • l'environnement est contrôlé par la collectivité, voire privatisé, mais agit de moins en moins pour l'individu qui le subit de plus en plus ;

      • l'environnement est moins un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois...) naturel connu qu'on peut exploiter à merci comme le faisaient le chasseur-cueilleur puis l'agriculteur (L'agriculteur ne désigne pas seulement la personne qui cultive la terre mais aussi celle qui procède à l'élevage sur...), le pêcheur, le forestier ou le mineur... Il faisait l'objet d'une exploitation directe par plus de 90 % des gens. il n'est plus exploité directement que par un faible pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une expression comme...) de la population (agriculteurs, pêcheurs, forestiers, exploitants miniers et carriers..). Il fait l'objet d'une exploitation indirecte et souvent délocalisée, moins facile à percevoir ;

      • l'environnement est de plus en plus perçu comme une ressource finie, qu'on ne considère plus comme inépuisable ou renouvelable à l'infini ;

      • l'environnement est un bien commun, que nous avons le devoir de léguer aux générations futures.

      • Le masochisme de l'Homme

      • Qu'est-ce qu'une mutation cellulaire ?

        L'organisme contient environ un million de milliards de cellules qui chacune joue un rôle précis. Elles s'organisent et se regroupent pour former des tissus ou des organes, Elles sont agressées et se renouvellent en permanence. En effet, une partie d'entre elles meurt chaque jour (c'est le phénomène « d'apoptose ») et sont remplacées par de nouvelles cellules identiques.
        Tout d'abord, il faut savoir que toute mutation cellulaire n'évolue pas en cancer.   Une mutation cellulaire entraine un dérèglement de la croissance cellulaire, et donc un néoplasie, formation de nouveaux tissus corporels, synonyme de tumeur. Au niveau clinique, on observe une augmentation plus ou moins forte de la masse de tissus. On distingue deux types de tumeurs :

        • Les tumeurs bénignes ne peuvent envahir des parties du corps différentes de celles où la tumeur se trouvait à l'origine, sont à croissance lente, et restent bien délimitées. Elles ne sont dangereuses que par leur action mécanique, ou encore parce qu'elles peuvent muter en tumeur plus dangereuse.

        • Une tumeur maligne est une tumeur capable d'envahir et de détruire les structures qui lui sont adjacentes et qui peut s'étendre à distance par le biais de métastases (cellule se détachant de la tumeur originelle pour proliférer à distance).

        Que sait-on des facteurs favorisants ?

        Environ 80 % des cancers seraient dus à des facteurs non génétiques. La part attribuable à chacun de ces facteurs est difficile à mettre en évidence, du fait des éléments suivants :

         

        • l'estimation de l'exposition des individus à des agents cancérogènes est difficile ;

        •  les agents cancérogènes sont multiples et ne sont pas tous identifiés ;

        • il existe dans la plupart des cas une longue période entre l'exposition à un agent cancérogène et l'apparition d'un cancer ;

        • l'exposition à un agent cancérogène n'entraîne pas systématiquement un cancer ;

        • les effets de ces agents sont souvent synergiques (Association de plusieurs systèmes, organes ou actions, pour l'accomplissement d'une fonction, pour l'obtention d'un effet).

        La radioactivité : la principale coupable

        À cause de l'environnement artificiel produit par nous-mêmes il se produisent plusieurs conséquences, celle que l'on va travailler est celle que nous concerne : les mutations en étape de tumeur bénignes ou malignes provoquées par l'Homme qui l'affectent à sa propre santé, la plus importante est la radioactivité.

        Il est nécessaire de préciser que la radioactivité existe déjà à l'état naturel. Elle est appelée radioactivité naturelle mais la radioactivité issue des activités humaines est très largement supérieure à la radioactivité naturelle. De plus il est important de préciser que  l'on  peut être victime des effets de la radioactivité issue des déchets nucléaires sans être à proximité d'un site de stockage ou de production ou en contact avec des matériaux contaminés. 

        Les effets de ces rayonnements sur l'organisme sont très variables en fonction du type d'exposition (courte ou prolongée) mais aussi en fonction de la dose de rayonnement absorbé par l'organisme.

         Mais l'un des effets possible parmi les plus graves si ce n'est le plus grave est la modification de l'ADN, entraînée par une exposition prolongée à des rayonnements particulièrement forts.

        Cette mutation est due à la sensibilité de l'ADN aux radiations ionisantes (celle qu'émettent les déchets nucléaires les plus dangereux). Les mutations se créent notamment lors d'un stade important de la production de protéines par l'organisme : la Transcription (c'est lors de cette étape que les deux brins de l'ADN se divisent par rupture des liaisons hydrogène). Les deux brins d'ADN sont alors séparés ils sont alors très vulnérables. C'est également durant cette étape que peut avoir lieu une mutation au niveau d'un des deux brins d'ADN. Ce processus étant très actif chez le fœtus et les jeunes enfants, ce sont eux qui courent le plus de risques.

        Sachant que c'est l'ADN qui sert de matrice à L'ARN m pour la production des différentes protéines nécessaires au fonctionnement de l'organisme, toute mutation au niveau de l'ADN entraîne une modification de l'ARN m qui engendre un changement dans la nature de la protéine produite.

        Le cancer est une maladie qui se caractérise par sa prolifération importante de cellules anormales qui ont la capacité d'envahir et de détruire un organe ou même plusieurs en cas de expansion de la maladie.

        Les cancers

        C'est une maladie favorisée par des facteurs multiples, il est très difficile de connaître la part due à des agents environnementaux.

        Voici quelques éléments qui en plus de polluer notre planète nous font du mal, qui fomentent les mutations de façon progressive :

        MILIEUX

        AGENTS

        Aliments

        Aflatoxines

        Eau

        Arsenic, cadmium, chrome, nickel

        Air

        Extérieur : Benzène, rayonnement solaire

        Intérieur : Formaldéhyde, fumée de tabac environnementale, radiation ionisantes, radon

        Dans la population générale adulte, en 2000, en France, le nombre de nouveaux cas de cancers a été estimé à près de 280 000 (58 % d'hommes) et le nombre de décès à environ 150 000 (61 % d'hommes). Les quatre localisations les plus fréquentes sont le sein, la prostate, le poumon et l'intestin.

        Parmi les causes de mortalité, le cancer occupe une place importante : la première chez l'homme (32 %) et la deuxième chez la femme (23 %). Le plus grand nombre de décès étant causé par le cancer du poumon chez l'homme et chez la femme par celui du sein.

        Ce tableau montre comment certains cancers ont augmentés de façon directe avec l'industrialisation massive de ces dernières années :

        TYPES DE CANCER

        FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX

        IMPACT SANITAIRE

        Mélanome

        Rayonnement solaire

        2253 cas en 1980

        7231 cas en 2001

        Mésothéliome

        Amiante

        251 cas en 1980

        871 cas en 2001

        Cancer de poumon

        Radon (Particules de taille< 2,5 microns présentes dans la pollution atmosphérique)

        Tabagisme passif

        2500 décès par an

        670 cas chez les plus de 30 ans en 2003

        26% d'augmentation du risque

      • Lutter contre une progression des éléments qui nous tuent et comment les prévenir

      • Comment prévenir le cancer ?

        Ceci peut être accompli en évitant des agents cancérigènes ou modifier leur métabolisme, poursuivant un mode de vie ou de régime alimentaire qui modifie les facteurs qui causent le cancer et / ou une intervention. Ici on montrera quelques méthodes pour prévenir le cancer.

      • Facteurs de risque modifiables

      • On estime maintenant que d'éviter la consommation excessive d'alcool peut contribuer à réduire les risques de certains cancers, mais, par rapport à l'exposition au tabac, l'ampleur de l'effet est modeste ou faible.

        Autres modes de vie et des facteurs environnementaux connus pour affecter le risque de cancer comprennent certaines maladies sexuellement transmissibles (telles que celles véhiculées par le virus du papillome humain), l'utilisation d'hormones exogènes, l'exposition aux rayonnements ionisants et les rayonnements ultraviolets, et de certains professionnels et expositions aux produits chimiques.

        Chaque année, au moins 200.000 personnes dans le monde meurent de cancers liés à leur lieu de travail. Des millions de travailleurs courent le risque de développer des cancers comme le cancer du poumon et le mésothéliome à l'inhalation de fibres d'amiante et la fumée de tabac, ou la leucémie de l'exposition au benzène à leur lieu de travail.

      • Régime alimentaire

      • Le consensus sur l'alimentation et le cancer est que l'obésité augmente le risque de développer un cancer. Pratiques alimentaires particulières souvent expliquent les différences dans l'incidence du cancer dans différents pays (par exemple, le cancer gastrique est plus fréquent au Japon, alors que le cancer du côlon est plus fréquente aux États-Unis).

        On propose interventions diététiques pour la réduction du risque de cancer primaire. Réduire la consommation de viande est associée à une diminution du risque de cancer du côlon, et les rapports que la consommation de café est associée à un risque réduit de cancer du foie.

        Des études ont lié la consommation de la viande grillée à un risque accru de cancer de l'estomac, le cancer du côlon, cancer du sein et le cancer du pancréas, un phénomène qui pourrait être dû à la présence de substances cancérigènes comme le benzopyrène dans les aliments cuits à haute température.

        Un étude de 2005 sur la prévention secondaire a montré que la consommation d'une alimentation à base de plantes et les changements de mode de vie a entraîné une réduction des marqueurs du cancer dans un groupe d'hommes avec cancer de la prostate qui avaient recours à aucun traitement classique à l'époque.

        Ces résultats ont été amplifiés par une étude de 2006 où plus de 2.400 femmes ont été étudiés, la moitié assignés au hasard à un régime alimentaire normal, l'autre moitié affectée à une alimentation contenant moins de 20% de calories provenant des lipides. Les femmes sur le régime alimentaire faible en gras ont été trouvées à une réduction du risque de récidive du cancer du sein.

        Des études récentes ont également montré des liens possibles entre certaines formes de cancer et une forte consommation de sucres raffinés et d'autres glucides simples. Bien que le degré de corrélation et le degré de causalité est encore débattue, certains organismes ont en effet commencé à recommander de réduire la consommation de sucres raffinés et des amidons dans le cadre de leurs schémas de prévention du cancer.

        Liste de 10 recommandations que les gens peuvent suivre pour aider à réduire leur risque de développer un cancer:

        • réduire la consommation d'aliments et de boissons qui favorisent la prise de poids, nommément aliments énergétiques et les boissons sucrées.

        • manger surtout des aliments d'origine végétale.

        • limiter la viande rouge et éviter la viande transformée.

        • limiter la consommation de boissons alcoolisées

        • réduction de l'apport de sel et d'éviter les céréales moisis (céréales) ou des impulsions (légumineuses).

        Certains champignons offre un effet anti-cancer, qui est pensé pour être liée à leur capacité de mettre à réguler le système immunitaire, sont une collection variée de composés polysaccharidiques, en particulier les bêta-glucanes. Les bêta-glucanes sont appelés «modificateurs de la réponse biologique», et leur capacité à activer le système immunitaire est bien documentée.

      • Vitamines

      • Les éléments qui combattent le cancer de la nourriture sont également plus nombreuses et variées qu'on ne le pensait, afin que les patients sont de plus en plus conseillé de consommer frais, des fruits et légumes non transformés pour les prestations de santé maximal.

        Des études épidémiologiques ont montré que de faibles taux de vitamine D est corrélé à un risque accru de cancer. La possibilité que la vitamine D pourrait protéger contre le cancer a été comparée avec le risque de malignité d'exposition au soleil. Depuis l'exposition au soleil augmente la production naturelle de l'homme de la vitamine D. Certains chercheurs sur le cancer ont fait valoir que les effets possibles malignes de l'exposition au soleil sont largement compensés par les effets qui préviennent le cancer

      • La chimio prévention

      • L'utilisation quotidienne de tamoxifène, un modulateur sélectif des récepteurs estrogéniques, généralement pendant 5 ans, a été démontrée pour réduire le risque de cancer du sein chez les femmes à risque élevé d'environ 50%. Une étude récente a indiqué que le raloxifène modulateur sélectif des récepteurs estrogéniques a des avantages similaires au tamoxifène dans la prévention du cancer du sein chez les femmes à haut risque, avec un profil d'effets secondaires plus favorable.

        Le raloxifène a été démontré qu'il sert pour réduire le risque de cancer du sein chez les femmes à haut risque tout aussi bien que le tamoxifène. Dans cet essai, qui a étudié près de 20.000 femmes, le raloxifène a moins d'effets secondaires que le tamoxifène, même si elle n'a plus de permis de former un CCIS.

      • Dépistage

      • Le dépistage du cancer est une tentative pour détecter les cancers insoupçonnées dans une population asymptomatique. Les tests de dépistage appropriés pour un grand nombre de personnes en bonne santé doit être relativement abordables, sûrs, des procédures non invasives avec acceptable faible taux de faux résultats positifs. Si des signes de cancer sont détectés, plus définitive et envahissantes suivi des tests sont effectués pour confirmer le diagnostic.

        Le dépistage du cancer du sein dont la mammographie, a montré une réduction du niveau moyen du diagnostic de cancer du sein dans une population.

        Le cancer colorectal peut être détecté par des tests de sang occulte dans les selles et la coloscopie, ce qui réduit à la fois l'incidence du cancer du côlon et la mortalité, sans doute grâce à la détection et l'ablation des polypes précancéreux.

        De même, les tests de cytologie du col utérin (en utilisant le test de Papanicolaou) conduit à l'identification et l'excision des lésions précancéreuses. L'auto-examen des testicules est recommandé pour les hommes dès l'âge de 15 ans afin de détecter le cancer des testicules. Le cancer de la prostate peut être analysé au moyen du toucher rectal ainsi que de l'antigène prostatique analyse de sang spécifique.

        L'utilisation de l'imagerie médicale à la recherche contre le cancer chez les personnes sans symptômes clairs est également entaché de problèmes. Il ya un risque important de détection de ce qui a été récemment appelé à une''incidentalome''- une lésion bénigne qui peut être interprétée comme une tumeur maligne et être soumis à des enquêtes potentiellement dangereuses.

      • Méthodes déjà pratiquées

      • Pour prévenir les cancers liés à des facteurs environnementaux, il faut réduire le nombre d'agents cancérogènes auxquels l'homme est exposé et les niveaux d'exposition.

        • Le Plan cancer lancé en 2003, affirme la nécessité d'améliorer les connaissances sur les risques cancérogènes et environnementaux afin de mieux les prévenir. Il prévoit notamment le développement de nouveaux registres pour mieux connaitre et prévenir les cancers.

        • Le Plan national santé environnement (PNSE) et le Plan santé au travail prévoient un certain nombre d'actions pour réduire les expositions aux agents cancérogènes : renforcer l'évaluation des risques sanitaires liés aux substances cancérogènes et accroître les connaissances des effets de ces substances sur la santé humaine.

        • Dans le milieu professionnel, le décret du 1er février 2001 impose de substituer tout produit cancérogène par un produit non dangereux ou moins dangereux. En cas d'impossibilité, l'entreprise doit prendre toutes les dispositions pour réduire au maximum les expositions. De plus, les salariés doivent être informés et formés par l'employeur, en collaboration avec le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) sur les risques encourus. Le CHSCT et le médecin du travail doivent être informés le plus rapidement possible des expositions anormales.

        • Pour la fumée de tabac environnementale, la loi du 9 août 2004 a renforcé le contrôle de l'interdiction de fumer dans les lieux publics.

        CONCLUSION

        Notre industrialisation, notre environnement artificiel, a affecté l'environnement naturel en provoquant des contaminations qui non seulement affectent notre santé mais celle de notre planète, qui de plus nous donnent la vie.

        Donc nous pouvons conclure qu'on sait qu'on a besoin de grandir et de faire plus pour satisfaire nos besoins, mais il est nécessaire de le faire de façon écologique pour que ce que nous fabriquons soit profitable pour notre vie future, donc avoir une bonne santé et notre future famille aussi aille la possibilité de l'avoir et connaître le monde comme nous l'avons connu, pas très détruit.

        BIBLIOGRAPHIE

        http://www.futura-sciences.com/fr/definition/t/medecine-2/d/cancer_108/

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Mutation_(g%C3%A9n%C3%A9tique)

        http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=3469

        http://donigri.free.fr/effets%20sur%20l%27homme.html

        http://www.afsset.fr/upload/bibliotheque/638922582644760997934987241423/10_cancer.pdf

        http://www.news-medical.net/health/How-to-Prevent-Cancer-(French).aspx


        http://www.dissertationsgratuites.com/dissertations/Mutations-Cancers-Lies-Aux-Facteurs/5166.html

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Tumeur_maligne