Chant d'automne; Charles Baudelaire

Literatura francesa Simbolismo siglo XIX # Poésie simboliste française. Argument. Progression temporelle

  • Enviado por: Lucia VB
  • Idioma: francés
  • País: España España
  • 4 páginas
publicidad
cursos destacados
Iníciate en LOGIC PRO 9
Iníciate en LOGIC PRO 9
Vamos a ver de manera muy sencilla y en un breve paseo de poco más de una hora como funciona uno de los...
Ver más información

Curso de reparación de teléfonos móviles / celulares
Curso de reparación de teléfonos móviles / celulares
El curso de Reparación de Telefonía Celular o Móvil está orientado a todas aquellas...
Ver más información

publicidad

ANALYSE DU POÈME CHANT D'AUTOMNE

La forme du poème

À première vue, le poème est divisé en deux parties ; la première partie est composée par quatre strophes et la deuxième partie est formée par trois strophes. Le poème est composé par vingt huit vers, regroupés en sept quatrains. Chaque vers est composé par douze syllabes, qui s'appelle « vers alexandrin ». La rime est riche et croisée.

Je diviserais le poème dans deux parties, par rapport à sa signification. La première partie du poème parle de l'arrivée de l'hiver, partie que j'appellerais « saison ». À la fois, je diviserais cette première partie en deux. La première partie irait du premier vers au huitième. Le poète parle d'un avenir dans le premier vers avec l'usage du futur. Dans les trois vers suivants, on décrit un peu en ce que peut consister cette avenir, mais c'est au quatrième vers que le poète nous prévient que cette avenir est l'arrivée de l'hiver et décrit comment il va être influencé par l'hiver. Dès neuvième vers jusqu'au seizième vers, le poète parle du sentiment négatif qu'il éprouve juste avant de l'arrivée de l'hiver, avec tous ces substantifs : « colère, haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé ».

La deuxième partie du poème irait dès dix-septième vers jusqu'au vingt-huitième vers. À mon avis, cette partie du poème est aussi divisée en deux parties ; La première partie irait dès dix-septième vers jusqu'au vingt-quatrième vers et la deuxième partie irait dès vingt cinquième vers jusqu'à la fin du poème. Maintenant, le thème principal n'est l'hiver non plus. Le poète parle à quelqu'un, au principe on peut penser

qu'il parle à Dieu. Dans cette partie du poème, le poète lui demande l'amour, l'affection ou, plus précisément, le chaleur d'une mère, par exemple, pendant l'automne, avant l'arrivée du froid hiver. Dans la dernière partie, il annonce que l'hiver est sur le point d'arriver, et pour la dernière fois, il lui demande de la chaleur de la saison qu'il regrette, l'été. Alors, j'ai divisé cette partie en deux, pas pour le sujet, mais pour la différence du temps, parce que premièrement, l'action se déroule en plein automne et pour la deuxième partie de cette partie du poème, c'est la fin de l'automne et il fait cette dernière prière.

La progression temporelle

Le poème commence avec un verbe au futur, parce qu'il va parler d'un événement qui va passer dans le futur, qui est l'arrivée de l'hiver. Cependant, les verbes au présent dominent au poème. Il décrit tout qui va se passer au présent comme s'il était en train de vivre l'hiver, les sentiments, en ce moment là. Mais ce moment n'est pas déjà arrivé. À la fin du poème, il utilise l'impératif pour demander ce qu'il a besoin à ce moment très dur.

Dans ce poème, la progression temporelle n'est pas reflétée par les temps des verbes, à mon avis. Mais pour, les mots qui sont rattachés aux saisons, par exemple, quand on parle du soleil, froid ou automne. Ces mots nous orientent par rapport à l'étage ou saison où le poète se trouve dans un certain moment du poème ou de la saison dont il se réfère. Aussi on perçoit l'intensité des mots

Les images

Ils dominent les images qui sont liées au sens de l'ouie, par exemple, des mots comme,  « entendre », « écouter », « retentissant », « sourd », « sonner », « bruit », ou « écho ». On trouve aussi des mots rattachés au sens du goût, mais beaucoup plus moins, comme, « amer » ou « goûter ».

La nature des rapports entre le « je » et le « vous » du poème

Si je n'ai pas mal compris cette question, la relation entre ce qui décrit Baudelaire et ce qui il veut communiquer au lecteur est de nous prévoir sur l'arrivé sur l'arrivée de l'hiver. Il nous conseille de profiter l'été, ou la vie, avant de l'arrivée de l'hiver, la mort. Il utilise l'été, qui est la saison qui tout le monde aime pour la chaleur, le soleil, le bon temps, pour faire une métaphore avec la vie et l'hiver, quand on fait froid. C'est important, en cette ligne, le changement entre l'été et l'hiver, personne ne veut que l'été finisse, c'est aussi notre sentiment par rapport à la vie. Baudelaire utilise le même méthode que l'auteur de la « cigarra y la hormiga », mais à l'inverse. Pour nous avertir que nous devons profiter l'été ou la vie, aspects qu'il regrette ou, plus précisément, qu'il sait qui va regretter. On trouve ici l'idée de « carpediem ». Cette idée est exprimée avec le mot « Adieu », parce qu'il sait qu'un fois il s'en va il n'y aurait pas retour. Ou des phrases comme « en regrettant l'été blanc et torride », c'est une idée de nostalgique vers l'été.

Quand il parle de la manquasse de l'amour de la mère, d'une sœur ou d'une amante, de quelqu'un qui a quelque sorte d'affection pour lui, pour faire face à ce qui vient après. Il nous prévit du besoin de chaleur vers l'avenir de l'hiver. Il nous conseille de chercher un amour pendant l'été, pendant la vie, profiter de la passion d'une amante, de l'amitié d'une sœur, des affections, liaison des personnes de la société, des relations humaines, parque c'ils sont « une douceur éphémère », qui ne retournent jamais. Voila, aussi, l'idée de « carpediem »

Les rapports entre I et II

Apparentement, les parties I et II du poème semblent complètement différents ; qu'il n'existe aucun rapport entre la première partie et la deuxième. Néanmoins, si on regarde bien, on réalise qu'il y a de relation. Dans la première partie du poème il parle du sentiment vers l'arrivé de l'hiver. Il décrit aussi comment il imagine l'hiver, qui est comparé à la morte. Dans la deuxième partie, il fait appel à l'amour, à la protection, à la chaleur qu'il regrette spécialement à ce moment là, quand l'hiver ou la mort se rapprochent.

Le titre

Je pense que Baudelaire appelle au poème « Chant d'automne » parce c'est le chant qui a lieu entre l'été et l'hiver. L'automne c'est un étage de changement entre ces deux saisons. Une saison dans laquelle on se prépare pour l'arrivée de l'hiver. C'est un stage entre la vie et la mort, où le poète se trouve et éprouve ces sentiments de nostalgie vers la vie et l'amour et de peu vers l'avenir.

Le sujet essentiel du poème

Le sujet essentiel du poème serait l'amour et la mort. Ça veut dire, la nostalgie et la tristesse qu'il a parce que lui manque l'amour. Et aussi la création d'un autre monde qu'il imagine, qui habite dans son imagination, mais qu'il crée du à l'incertitude.